Dans la tête de Paulette

Brooklyn avec Sens Critique

Un peu sur un coup de tête je me suis inscrite en début d’année sur le site Sens Critique. Non pas pour écrire de longues critiques ou pour noter tout et n’importe quoi, mais pour essayer de garder une trace des films, livres et Bd que j’ai vu ou lu.
C’est un énorme chantier et j’y passe pas mal de temps.
Ce qui est agréable avec ce site, c’est les suggestions pour compléter sa collection, on peut cocher les oeuvres qu’on a vu, celles qu’on veut voir et ainsi ajouter très facilement des titres à sa bibliothèque virtuelle.

Sur ce site également, j’ai découvert la possibilité de participer à des tirages au sort réguliers pour recevoir une invitation à des avant-premières privées à l’aveugle. Ma première participation à un de ces tirages au sort a été concluante vu que j’ai reçue deux invitations à une Cinexpérience Girls Only (c’est certainement pour cela que j’ai été tirée au sort, moins de participations probablement).

N’étant pas une très grande amatrice des événements genrés, j’ai un peu tiqué lorsque j’ai vu que la projection était réservée qu’aux femmes. Je me suis demandée quel film allait bien pouvoir être diffusé. Je me suis attendue à une comédie sexiste du genre Célibataire mode d’emploi ou alors à un genre de Magic Mike revisité mais au fond de moi, j’espérais un film qui justifie cette non-mixité.

J’ai proposé à ma copine Cindy, qui partage mes opinions féministes et avec qui j’ai régulièrement des conversations très enrichissantes sur la condition de la femme, de m’accompagner. S’il y avait bien une amie avec qui vivre cette expérience, c’était elle.

Nous nous sommes donc retrouvées jeudi dernier devant un cinéma vers la place de l’étoile à 19h45.

brooklyn-avec-sens-critique-2

« Salut les meufs, c’est ici la soirée non mixte ? »

Effectivement, le public est exclusivement féminin (à l’exception de quelques hommes que l’organisateur de la soirée saluera pas une blague répétée plusieurs fois – dont sur les réseaux sociaux le lendemain : « oui, il y a quelques garçons qui se sont incrustés, mais comme on est mauvais en bagarre, on a rien pu faire. »)
Bref…
Avant le début de la projection, l’organisateur explique que le distributeur a voulu une projection qu’avec des femmes pour avoir leurs avis sur le film.
Re bref…

La séance commence et dès les premières minutes du film je comprends que nous allons voir Brooklyn.
Je n’ai pas vu l’affiche ni la bande annonce mais j’ai juste compris que ce film avec Saoirse Ronan et Domhnall Gleeson parle d’une jeune Irlandaise qui immigre aux État Unis dans les années 50. Je m’attends donc à un film sur l’émancipation de la femme, l’immigration et ses difficultés. – Spoilers : pas du tout.

Trealer

Ce que je comprends maintenant en voyant l’affiche (française) et en ayant vu la bande annonce (qui raconte toute l’histoire d’ailleurs), c’est que Brooklyn est une romance. La vie de Eilis ne tourne qu’autour des hommes (deux, un en Irlande et l’autre aux États Unis) et cela malgré tous les autres enjeux qui se présentent à elle durant le film (la présence de la religion ; la différence de culture entre l’Irlande et New York ou entre l’Irlande et l’Italie (un de ses prétendants est un immigré italien ; la place d’une femme dans les années 50 ; les difficultés à refaire sa vie dans un pays inconnu loin de sa famille… bref, tout ce que je pensais voir).

Je ne vais pas parler de ce film plus longtemps (d’autres le font très bien), je ne suis pas une grande fan des romances, je trouve généralement que les héroïnes de ce genre de film prennent des décisions illogiques et comme je ne suis pas une très grande romantique, l’argument « l’amour est plus fort que tout » ne fonctionne vraiment pas sur moi.

brooklyn-avec-sens-critique-3

Le genre de regards que je lance quand j’entends les phrases à l’eau de rose

Ce qui a été très intéressant lors de cette soirée, c’est le débat qui a suivi la projection. J’ai cru comprendre qu’habituellement, les Cinexpériences sont suivies d’une discussion avec les membres de l’équipe du film projeté or dans le cas de Brooklyn personne n’était présent. Nous avons donc eu tout le loisir de critiquer (ou défendre) le film que nous venions de voir. Et le débat était houleux !

Il y a eu les partisanes de la romance (peu nombreuses) face aux féministes (dont moi) qui ont été déçues du film mais également blessées par le fait que le distributeur du film voulaient l’avis des femmes pour un film du genre. En quoi les femmes sont plus légitimes que les hommes pour donner leurs avis sur une romance ? (la preuve, certains hommes présents dans la salle ce soir là ont dit être des amateurs de romances). Pourquoi encore et toujours limiter les femmes dans des stéréotypes de ce genre ?

Habituellement, je suis les débats mais j’ose rarement participer, je donne quelques arguments à voix basse aux personnes qui m’accompagnent mais rarement plus. Et ce soir là, je ne sais pas si c’est le fait d’être avec des personnes que je ne reverrai jamais, d’être avec mon amie Cindy ou alors que mes lectures récentes m’ont aidée à prendre la parole, mais je suis montée sur la scène et j’ai parlé dans le micro… et on pouvait plus m’arrêter !!

Je suis bien contente d’avoir vécue cette Cinexpérience même si je garde plus la partie Expérience que Ciné.

Depuis, je me suis inscrite à d’autres tirages au sort sur Sens Critique et j’espère bien pouvoir revenir donner mon avis sur d’autres films.

(source des visuels : Allociné – illustration de l’article : Affiche internationale VS affiche française)

2 commentaires

  1. Kléo dit :

    Contrairement à toi, j’aime bien les romances (on dirait même que c’est mon fonds de commerce), mais ce genre de plan marketing à la con a le don de me faire rugir. Partir du principe que, parce que tu es une fille, ça va te plaire ou, à l’inverse, que les hommes ne sont pas capables d’apprécier une belle histoire d’amour, c’est quand même sacrément réducteur.
    En outre, ta critique du film ne donne pas spécialement envie (à part peut-être les costumes et l’ambiance qui ont l’air très sympa) car l’intrigue ne me paraît pas très fouillée. Zéro pointé, donc.

    1. Paulette dit :

      Je ne suis pas contre les romances mais il faut pas me prendre pour une nouille par contre, et clairement, Brooklyn ne cherche pas à apporter quelque chose au spectateur.
      Le débat était certainement houleux à cause de la restriction du public, sinon, il n’y avait pas grand chose à dire sur le film.
      Effectivement, les costumes sont chouettes, ça donne envie de fouiller des friperies vintage. L’ambiance par contre n’est pas folle.

Les commentaires sont déasctivés.