Dans la tête de Paulette

Ma non-candidature

Comme je l’ai dit lors du Liebster Award, si je devais refaire mes études, j’essayerai de devenir Fromagère. Lors de mes pérégrinations récentes sur internet, j’ai été amenée à me renseigner sur les formations pour devenir Fromagère et grâce à la sérendipité (j’ai prévu de faire un futur article sur les mots que j’apprends en ce moment et que j’aime), je me suis retrouvée sur la rubrique offre d’emploi du site Fromager de France.
Face cette offre à laquelle je ne répondrai pas, j’ai tout de même eu l’envie d’écrire une lettre de motivation. La voici.

Madame,

Si je me permets aujourd’hui de vous faire parvenir ma candidature au poste de vendeuse-préparatrice au sein de votre enseigne, c’est que, comme me l’a dit un ami lors de mon récent anniversaire : « Pauline, si on change 5 lettres, ça fait Fromage. »

Cette phrase, certes humoristique et absurde reste néanmoins vraie. Depuis mon plus jeune âge, en tant que Française et Normande, le fromage fait partie de ma vie et mon entourage le sait.
Bébé déjà, mes parents agrémentaient ma purée avec du Roquefort. Un bon repas est obligatoirement un repas à base de fromage. Mes meilleurs souvenirs d’enfance sont ceux à la ferme, dans les odeurs de lait frais et d’étables. Adulte, je sais que si je devais refaire mes études, je m’orienterai vers un diplôme de Fromager.

Le contact client, le sourire, l’amabilité, la rigueur et le dynamisme sont déjà des compétences que j’ai l’occasion de mettre en pratique dans ma carrière professionnelle. Actuellement responsable d’une boutique virtuelle depuis 4 ans, je maîtrise les problématiques du commerce aux particuliers.

Sur-motivée, je le suis, sans formation et sans expérience professionnelle dans le métier également.
Suite à la lecture de votre offre, je suis allé m’acheter le livre Le Fromage de Christian Janier. Cette lecture déplie l’envers d’un univers qui m’était inconnu. La découverte des différences de fabrications, de conservations, de maturations, d’origines me permettent de mieux comprendre la multitude de goûts, de textures et de styles de fromage. Je comprends également mieux mes goûts.

Savoir d’où vient un produit et quel est l’impact de ma consommation sur les artisans, les producteurs et les commerçants autour de moi est un sujet qui m’est cher depuis quelque temps. J’essaie également de m’impliquer plus dans l’économie locale et solidaire, la consommation maîtrisée est aujourd’hui au cœur de mes réflexions.

J’ai conscience que ma candidature est atypique et que mon profil ne cadre pas forcément avec les candidatures que vous attendez. Je la résume ainsi : passionnée au point de croire intimement que les gens qui n’aiment pas le fromage cachent quelque chose, je vous demande, Madame, de bien vouloir me donner une chance de prouver qu’on peut réunir au sein de sa carrière une passion et un métier même après 10 ans dans une autre voie.

Afin d’échanger sur l’intérêt de ma candidature et vous permettre d’apprécier ma motivation, je suis à votre disposition pour tout complément d’information que je pourrai vous apporter au cours d’un entretien, à votre convenance.
Dans l’attente de votre réponse, je vous prie, Madame, d’agréer l’expression de mes sincères salutations.

Paulette.

  • posté le 28 octobre 2015

  • dans Blabla

4 commentaires

  1. Melana dit :

    Moi quand je lis ta lettre, je me demande pourquoi tu ne l’envoies pas …

    1. Paulette dit :

      Haha, merci mais pour pleins de raisons d’ordre purement matérielles comme le salaire ou le temps de travail (genre le samedi), je ne suis pas prête à postuler.

  2. Shermane dit :

    J’espère que tu concrétiseras ce rêve un jour 🙂
    Et qu’un recruteur lira cette lettre, elle ne peut pas rester dans tes archives !

  3. Sophie dit :

    Mais comment j’ai pu rater cet article ??! Il est parfait 🙂

Les commentaires sont déasctivés.