Dans la tête de Paulette

The 100, mon cœur de midinette en redemande

La dernière fois que je suis allée voir mes parents, mon petit frère et sa copine m’ont parlé d’une série qu’ils aimaient tous les deux, et qu’ils avaient réussi à faire regarder à mon père.

Il faut savoir que mon père n’est pas très friand des séries télévisées et qu’il a longtemps rejeté en bloc le phénomène. Bon, maintenant qu’il est à la retraite, il faut bien s’occuper et comme sa nouvelle belle fille (la copine de mon frère) est une véritable fandom des séries

Cette série vue par la moitié de ma famille (pas dur, on est 4 +2 dans ma famille) est « The 100 ».

Rentrés à Paris, le disque dur de notre tablette plein des deux premières saisons de cette série, nous nous sommes donc installés devant le premier épisode avec Chat.
Et depuis, j’attends qu’une chose le soir, mes deux petits épisodes quotidiens !

Malgré la piètre qualité des fichiers qu’on peut trouver sur le net, malgré un début très caricatural avec des personnages et des événements ultra prévisibles, malgré une série CW estampillée pour ados, je suis accro.
Je me suis même surprise à aller sur internet pour retrouver des gifs de la série (Tumblr est vraiment une mine d’or pour ça !).

Je vais essayer d’expliquer pourquoi cette série fonctionne (en tout cas pour plus de 80% de ma famille – pourcentage totalement représentatif de la population mondiale évidemment.)
Je vais certainement spoiler d’ailleurs, désolée pour ça.

Un pitch pour commencer

Il y a 97 ans, un holocauste nucléaire a décimé la population de la Terre, détruisant toute civilisation. Les seuls survivants étaient les 397 habitants des douze stations spatiales, qui étaient en orbite à ce moment-là, et qui sont nommées l’Arche. Depuis, les douze stations spatiales ont été reliées entre elles et réorganisées afin de garder leurs habitants en vie. Trois générations se sont ensuite succédé dans l’espace et on compte désormais 2 237 survivants. Mais les ressources s’épuisent sur leur Arche mourante. Des mesures draconiennes ont donc été prises : la peine capitale et le contrôle de la population sont à l’ordre du jour et les dirigeants de l’Arche font des choix impitoyables pour assurer leur futur, notamment exiler secrètement un groupe de 100 prisonniers mineurs à la surface de la Terre pour savoir si elle est redevenue habitable. Pour la première fois depuis près d’un siècle, des humains retournent sur la planète Terre.

Parmi les 100 exilés, il y a Clarke, la brillante adolescente, fille de l’officier médical en chef de l’Arche ; Wells, le fils du Chancelier ; Finn le trompe-la-mort, et le duo Bellamy et Octavia, que la fraternité a toujours poussé à enfreindre les règles. Privés de communication avec la Terre, les dirigeants de l’Arche – la mère de Clarke, Abby, le chancelier Jaha et son sombre commandant en second, Kane – doivent prendre des décisions difficiles au sujet de la vie, de la mort et de la survie de l’espèce humaine. Pour les 100 survivants, la Terre est une planète étrangère dont ils ignorent tout, c’est un royaume mystérieux qui peut être magique un instant et mortel l’instant suivant. La survie de l’espèce humaine repose sur les 100, ils doivent parvenir à transcender leurs différences afin de survivre.

Les personnages et le scénario

On est donc face à une dystopie dont le pitch rappelle celui du roman Sa majesté des mouches: un groupe de jeunes livrés à eux-mêmes dans un environnement hostile, privés de l’aide et des règles des adultes.

Comme je le disais, le début de la série est assez prévisible, les réactions des personnages principaux sont caricaturales. Sur terre, parmi les 100, on retrouve la fille de dirigeant belle, forte et intelligente mais face à son ex-meilleur ami qui l’a trahi et qui est amoureux d’elle ; le jeune beau gosse foufou qui est en fait ténébreux et sensible ; le méchant qui en a plus dans les muscles que dans le ciboulot et qui va prendre que des mauvaises décisions pour sauver sa peau ; la bécasse que flirte à tout va ; les deux intellos amis d’enfance qu’aucune fille regarde ; les figurants qui se laissent mener par le bout du nez…

the-100-mon-coeur-de-midinette-en-redemande-2

Dans l’espace, dans l’Arche, on retrouve les mêmes, le chancelier prêt à se sacrifier toutes les deux minutes pour le bien de son peuple ; la mère de Clarke, doctoresse, droite et aussi forte que sa fille, qui tient tête à tout le monde ; le second fourbe et qui veut être kalif à la place du kalif ; les figurants qui se laissent mener par le bout du nez…

Un des premiers retours que j’ai fait à mon frère après 2 ou 3 épisodes, c’est « C’est pas mal mais vraiment les personnages sont des archétypes», il m’a répondu que ça allait vite changer. Et il a eu raison.

Un niveau du scénario, j’ai vite été happée, les événements s’enchaînent vite, il n’y a pas beaucoup de temps de pause, comme dit Chat, ils ne prennent même pas le temps de se poser 2 secondes. Pour ceux que les dernières saisons de True Detective ou Games of Thrones ont endormis, cette série est parfaite.

On laisse vite tomber la romance adolescente et la violence gratuite pour aborder des sujets forts et ambitieux (jusqu’où peut-on aller pour la survie de son peuple, comment assumer ses choix, comment mettre en place une société et des règles qui sont différentes de ce qu’on a toujours vécu et rejeté – et qui nous a rejeté…).

Heureusement que la deuxième saison était déjà sortie quand on a terminé la première ! J’ai d’ailleurs un peu peur à l’approche de la fin de seconde saison, je ne sais pas comment je vais vivre l’attente de la troisième saison (pas avant 2016) si le finale est aussi fort.

the-100-mon-coeur-de-midinette-en-redemande-2

Je suis également agréablement surprise par le côté féministe de cette série. Les personnages féminins sont tous très forts et ont une place importante dans les décisions du groupe. Elles ont de l’autorité, elles sont badass et indépendantes, elles prennent soins des autres mais ne sont pas là que pour soigner ou materner. Elles prennent des mauvaises décisions mais elles rebondissent et on les respecte. Les chefs terriens sont toutes des femmes et elles sont respectées en tant que chefs. Même lorsque Raven décide de se venger de Clarke et Finn en couchant avec Bellamy, il n’y a aucun jugement, elle fait ça pour elle et on en entend plus parler après. Point.

Cette série passe haut la main le test de Bechdel et ça, pour une série d’ado c’est franchement intéressant.

Une dernière chose, pour bien plomber mon argumentaire féministe, l’acteur Bob Morley qui interprète Bellamy est mon petit cruch actuel. Il fait partie des acteurs (avec Joseph Gordon-Lewitt) qui me font penser à Heath Ledger, mon acteur préféré. Même sourire ( !), même forme de visage. Je vous laisse juges.

the-100-mon-coeur-de-midinette-en-redemande-3

Sinon, vous connaissez cette série ? Ça vous tente ?

the-100-mon-coeur-de-midinette-en-redemande-4