Dans la tête de Paulette

« La Flûte enchantée » de Mozart à l’Opéra Bastille

Dans ma famille, on aime bien s’offrir des cadeaux de Noël qui durent toute l’année. Cette année, j’ai donc offert à Chat deux places pour l’Opéra.

Depuis quelque temps, il se met à écouter de la musique classique, de l’opéra ou des symphonies.
Je suis donc allée sur le site des opéras de Paris dans le courant du mois de décembre pour faire mon choix. Bon, j’avoue, j’ai été un peu freinée par les prix.

N’y connaissant rien, j’ai choisi un opéra que je connaissais de nom : La flûte enchantée de Mozart.

Pour la petite histoire, comme je n’avais pas envie de dire le prix des places à Chat, je lui ai offert une flûte en bois de chez Hema recouverte de vernis à paillettes : une superbe flûte enchantée ! (…il n’a pas compris…).

Pour revenir au présent, la représentation était donc hier soir à 19h30 à l’opéra Bastille (idéalement, j’aurais préféré l’opéra Garnier mais on ne peut pas décider du lieu de la représentation… franchement, je ne comprends pas pourquoi…).

Première décision à prendre, la tenue. Je n’ai pas eu beaucoup d’occasions d’aller à l’opéra dans ma vie. Une fois à l’opéra de Lyon pour voir Casse-Noisette – oui, je sais, c’est pas un opéra mais un ballet – (sous la neige un 31 décembre, ta tenue ne compte pas trop) et une fois à l’opéra de Budapest pour voir La Bohème (après une journée de tourisme dans la ville et sachant que c’était une surprise, j’étais en jeans-chaussures de rando). Donc hier matin, j’ai sorti une petite robe pas trop casual parfaite pour l’opéra après le boulot… Bon, en fait, on s’en fout, certaines personnes ne semblaient pas s’être posé la même question que moi le matin et d’autres avaient sorti la robe cocktail.

Seconde surprise, quand c’est marqué 19h30 sur la place, ce n’est pas comme pour un concert de musique actuelle, tu viens avant ! 19h30, c’est le début de la représentation pas l’ouverture des portes… hum…

Tout ça pour dire qu’une fois la tenue trouvée, les vigiles passés, les 4 étages montés et les places repérées, la représentation peut commencer.

…Ah, donc, c’est une mise en scène contemporaine ? Avec smoking, pistolet et bip-bip de voiture ? Bon, on repassera pour les costumes d’opéra et les décors grandioses.

…Ah, donc, c’est en allemand ? Avec les sous-titres décalés ou carrément supprimés ? Bon, on repassera pour comprendre certaines répliques.

…Ah, donc, Mozart c’était un putain de macho et sa conception de la place des femmes dans le monde est assez discutable ? Bon, on repassera pour la morale à retenir.

…Ah, donc en fait la meuf elle tombe amoureuse d’un mec qu’elle n’a jamais vu de sa vie et elle est prête à se suicider à la moindre contrariété (genre, son mec ne doit pas lui parler pendant une période pour la sauver des griffes du méchant et elle, direct, elle le prend pour elle et se met à chouiner qu’il ne l’aime plus). Bon, on repassera pour le scénario crédible.

Non, je suis méchante, j’ai adoré !
La mise en scène était superbe et l’encrage dans un monde contemporain bien géré.
Les décors, bien que minimalistes, avaient du volume et faisaient mouche.
Les musiciens étaient irréprochables (mais j’avoue, j’y connais rien).
Les chanteurs m’ont bluffé (surtout le personnage de la Reine de la Nuit avec son passage hyper connu – je vous dis, j’y connais rien).
La salle est vraiment bien car même placés tout en haut du bâtiment, nous avions une très bonne visibilité et on n’a rien loupé.

Bref, une superbe soirée qui nous a donné envie de retourner voir d’autres opéras et même pourquoi pas revoir La flute enchantée avec une autre mise en scène pour comparer.

Reste une question : la réplique de Hamlet au milieu du second acte, c’est un ajout ou c’est normal ?

La scène de la Reine de la Nuit – passage hyper connu à 2’30 »